Comment lutter contre le sommeil en conférence de prévisions hebdomadaire ?

Les conférences de prévisions sont, pour toute rédaction de l’audiovisuel français, des rituels interminables. Les participants sont hélés les uns après les autres par un interphone. Service après service, les chefs y sont appelés, soit nomément, soit, s’il est du genre retardataire, par un impatient « le représentant du service société est attendu en salle de conférence, darre darre »… Ils finissent par y arriver nombreux et fringants, munis de leur pile de magazines et journaux (fournis par la chaîne bien sûr), la liste des sujets au marbre, la liste des événements à venir qui sont de leur domaine, les coupures de presse ou la petite note griffonnée par le journaliste de leur service qui a eu vent de l’information.

Ce rituel se fait toujours autour d’un chef, évidemment car tout rituel nécessite un maître de cérémonie, ordonnateur, trieur de priorités, donneur d’ordre, diffuseur de mépris, repousseur de revers de main les sujets inintéressants (« ça f’ra pas d’audience, ton sujet, coco » étant la phrase-clé à prononcer, en alternance avec « bof, ma concierge, elle ne sait même pas où est le Karabagh alors… hein »…).

Du temps où je vous parle, l’ordre d’examen des propositions était toujours le même : en premier l' »étranger »… en dernier, « la culture ». Les sports ont un traitement spécial… mais interviennent de temps à autres. Entre : de plus ou moins longs tunnels, la « politique intérieure » avec ses couloirs d’Assemblée Nationale, ses élections, ses élus, l' »Economie » et »infos génés », terme générique allant de la vie associative aux chiens écrasés, en passant par la circulation, la vinification en terres champenoises et le crime crapuleux.

Le ou les représentants de chaque service arrivent les uns après les autres et se disposent autour d’une table où siègent déjà : le Directeur de l’Information ou son délégué, les rédacteurs en chefs des journaux tévé, les chefs de plannings des équipes de tournage (caméras et son), l’assistant(e) du grand chef à plumes qui doit faire un compte-rendu de cette conférence de prévisions. C’est lui ou elle qui doit lutter contre le sommeil à un certain moment de la conférence, parce qu’il ou elle est tenu d’assister du début à la toute fin du grand raout prévisionnel et qu’il doit en tirer la substantifique moëlle.

La conférence commençait en gros vers 10h mais se terminait quelquefois à 13h 30 voire 14h. Croyez-moi, rester concentré sur l’actualité, ses hauts et ses bas, entre 3 ou 4 heures d’affilée, sans possibilité de vous dégourdir les jambes, sans machine à café (elles ont été installées bien après), sans possibilité de se réfugier dans un article de magazine ou de vous remémorer la partie de bête à deux dos d’hier soir, ressort de l’héroïsme pur et simple. Il vous faut noter, tout, ne rien oublier afin que la Rédaction soit à même de traiter l’information de base, celle qui est prévisible, ce qui lui permet d’être beaucoup plus apte à affronter l’imprévisible : l’actu, la vraie, celle qui arrive toujours là où on ne l’attend pas.

Donc vous prenez des notes : machin, envoyé spécial en Afrique de l’Ouest, propose de faire un sujet sur les dévastations causées par les crickets… « rhô… mais on en a déjà parlé l’an dernier… il pourrait pas trouver un autre angle que les crickets ou la sécheresse » répondrait le rédac.chef du 13h. Ca, il ne faut pas le noter. On ne retranscrit que l’essentiel. Et d’essentiel il y a très peu pendant ces 3 ou 4h d’échanges. « Pourquoi aller interviewer cet écrivain, c’est un mauvais client… t’as pas un moyen de parler de ce dernier ouvrage sans l’interviewer… il est chiant comme la pluie ? »… voici quelques exemples de réflexions ou réactions qui fusent à longueur de conférences de prévisions.

En général, arrivés à Economie, votre intérêt baisse en même temps que votre vigilance… à Infos Génés, le temps commence à s’allonger, si ce n’est à s’étirer. Ca fait déjà 2 bonnes heures que vous avez assisté à des scènes genre Acte II- scène 1, à des prises de bec inutiles et stériles -mais au moins, ça vout tient éveillé- et c’est alors qu’un chef de service diffuse ses petites suggestions d’une petite voix monocorde. Arrivé parmi les derniers, il est à l’autre bout de la salle et vous n’entendez rien… il borborygme là-bas au fond… et vous sentez une vague torpeur rendre vos paupières extrêmement lourdes. Vous sentez bien que ça tergiverse, qu’il n’a rien d’intéressant à proposer et là, vous tombez de sommeil, brutalement. C’est l’heure du coup de barre. Vous regardez votre montre : quoi, il n’est que ça ? Alors vous bougez les jambes, remuez sur votre chaise, posez vos coudes sur la table, essayez de parler avec votre voisin s’il est sympa -ce qui ne court pas les rues des rédactions de l’audiovisuel-. Impossible, vous n’en pouvez plus. Alors vous approchez votre cahier de notes près de vous, sur la table, posez un coude de chaque côté du cahier, votre tête dans vos mains, prenez un air penché sur vos notes et… vous dormez. Pas longtemps, 30 secondes, mais là vraiment, c’est trop douloureux de rester attentif. C’est le coup de barre classique, celui de la moitié de conférence, celui d’infos génés.

Parce qu’infos génés, ça ne vous glorifie pas son reporter, les thèmes n’y sont guère passionnants, et c’est le service où on met les jeunes journalistes fraîchement sortis du CFJ ou des écoles de journalistes. On y met aussi quelques anciens en punition, ceux qui aiment la bouteille, sont caractériels, têtes brûlées… De l’autre côté de la hiérarchie du respect, il y a le grand reporter. Le baroudeur, celui ou celle qui a fait ses classes à l’étranger, dans des conflits, celui qui a échappé à un attentat, qui était au Cambodge à l’arrivée des Khmers rouges, celle qui a couvert le retour de Khomeiny en Iran. Devenu chef de service, on s’adresse à lui avec respect. Ca n’est pas le cas du chef de la Culture de l’époque : une femme, belle, déjà mûre, quelquefois mutine et très connue dans le show business et le milieu des arts. Comme le Directeur de l’Info ou son remplaçant (car souvent le grand chef ne tient pas la distance, mais lui a un échappatoire : la fuite justifiée. Vous, vous n’en avez pas et il vous faut tenir) commence à fatiguer, il bouscule un peu la dame en question et lui demande d’avancer. Comme elle a son caractère, elle ne se laisse pas faire et répond du tac au tac, quelquefois de façon très drôle. C’est là que votre envie de dormir vous lâche enfin et que vous allez pouvoir reprendre des notes cohérentes, les précédentes ayant des trous (que vous irez compléter avant de taper le compte-rendu, directement avec le journaliste d’Infos Génés en question). La tension monte, la dame ne se laisse pas faire et le macho de service est vraiment très méprisant. Vous vous surprenez à vous demander quels traumatismes il a bien pu avoir dans son enfance. Il est vrai que le pauvre a un visage grêlé d’ex adolescent acnéïque, ça lui donne des circonstances atténuantes. Tout de même, ça ne lui donne pas le droit de maltraiter une femme plus âgée que lui de cette façon. Les petits rires narquois fusent de part et d’autre du grand chef. Il faut le flatter, même s’il est méchant… il pourra se souvenir, à votre prochaine demande personnelle, de votre côté « bon public ». La prise de bec commence à vous lasser. Elle ralentit la fin prochaine de cette conférence qui n’en finit plus de finir. Et vous vous devez de rester attentif, mais lointain. Lointain car vous n’êtes pas journaliste, n’avez pas la carte de presse donc vous êtes transparent … sauf si vous êtes une jolie fille, mais alors vous n’existez alors que parce que vous avez un physique. Votre cerveau intéresse bien peu ces s(a)eigneurs.

Enfin, le ton a baissé, chacun ayant décidé qu’il fallait en finir et ayant mis de l’eau dans son vin. En général, la conférence se termine à 3, ou 4 quand on a de la chance, les chefs des différents services ayant quitté la salle une fois leur laïus terminé et les décisions les concernant prises. Tout ce petit monde s’égaye à droite et à gauche, fonce aux toilettes, il est 14h et vous n’avez pas le temps d’aller à la cantine. Vous allez donc vous acheter un sandwich. Il vous faut très vite taper le compte-rendu à partir de vos notes, avant d’avoir oublié complètement ce qui s’est dit. Tant de temps et d’énergie perdus à établir des plans qui vont quasi systématiquement être contrecarrés par l’actualité immédiate.

J’aimerais bien savoir ce qui s’est passé à la conférence de prévision précédant le nine eleven…

Publicités

10 commentaires »

  1. sam telam said

    « Nous sommes ingouvernables
    Il n’ y a que l’ éclair qui nous soit propice
    Qui tantôt nous illumine
    Et tantôt nous pourfend »

    René Char

  2. liliM said

    C’est un très bon début.

  3. yapadebug said

    Je trouve ton récit super intéressant. C’est un aspect de la télé qui est complètement ignoré du commun des mortels. Bravo Clo.

  4. billbaroud35 said

    drôle et intéressant, ça remet sur terre ces hommes et femmes-troncs qui nous abreuvent d’infos…

    :o)

  5. […] une petite merveille d’observation que l’on trouve sur un tout jeune blog tenu par Clo de la télé. Le récit impitoyable et véridique d’une conférence de […]

  6. clo de la Tele said

    Merci à tous pour vos encouragements…
    Ces observations anthropologiques datent un peu (années 80-90) mais je peux vous affirmer qu’elles sont véridiques.
    I was embedded in !
    A venir : portrait du présentateur vedette, des difficultés de certains journalistes à trouver l’angle de leur commentaire sur images, etc.

  7. […] Comment lutter contre le sommeil en conférence de prévisions hebdomadaire ? Clo de La Télé (mai de laquelle ?) nous permet de jeter un oeil par la serrure… interresting (tags: télévision) […]

  8. scud56 said

    Joili contrechamp….. Bien vu!

  9. bjm (gb) said

    la suite! la suite!

  10. spiderman said

    Très bien écrit ton blog Clo
    félicitation

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :